SHELLSHOP

Neurodiversité

le cerveau asperger

 

 

Etre asperger c'est avoir une différence neurologique : une différence de développement et de fonctionnement du cerveau ; cette différence influe sur l’ensemble des habiletés et des capacités d’un individu (au cerveau asperger par exemple), qui va ainsi diverger de la norme des personnes, majoritairement neuro-typique (le contraire est si je puis dire la neuro-atypie, qui concerne des minorités, qui constituent avec les neurotypiques, ce que j'appellerais la neurodiversité humaine)

 

Pour une personne Asperger, il y aura majoritairement des différences dans :

 

  1.  La communication et l’interaction sociale
  2.  Les comportements, les activites ou les interets restreints

 

 

 

La communication

& l’interaction sociale

 

Déficits de réciprocité sociale ou émotionnelle. Ex. : Inaptitude à entreprendre une interaction sociale ou à entretenir une conversation en raison d’un manque d’intérêt, d’émotions, d’affects ou de réactions.

Comportements déficitaires de communication non verbaux utilisés pour l’interaction sociale. La personne ne les utilise pas ou peu pour communiquer ou ne les décode pas adéquatement chez les autres. Ex. : Contact visuel, langage corporel, expressions faciales.

Capacités déficitaires à établir et à entretenir des relations avec les pairs. Ex. : Adapter son comportement au contexte, partager un jeu imaginatif, se faire des amis, absence d’intérêt pour les pairs.

 

Les comportements, les activités,

les intérêts restreints ou répétitifs

 

(On peut observer au moins deux des quatre manifestations suivantes)

 

Langage, utilisation d’objets ou mouvements moteurs stéréotypés ou répétitifs. Ex. : Écholalie, alignement de jouets, stéréotypies motrices.

Attachement excessif à des routines, résistance importante au changement, comportements verbaux et non verbaux ritualisés. Ex. : Besoin de similitude pour les trajets routiers ou pour l’alimentation, détresse extrême relativement à de petits changements, difficultés avec les transitions, pensée rigide, salutations ritualisées.

Intérêts très restreints, anormaux quant à l’intensité ou à la concentration. Ex. : Attachement marqué ou préoccupation à l’égard d’objets inhabituels, intérêts très précis ou empreints de persévérance.

Hyperréactivité à des stimuli sensoriels ou intérêts inhabituels envers des éléments sensoriels de l’environnement. Ex. : Indifférence apparente à la douleur, à la chaleur ou au froid, réponse négative à des sons ou des textures, sentir ou toucher des objets de façon excessive, fascination par des objets lumineux ou en mouvement.

 

Les symptômes sont présents depuis la petite enfance mais il se peut qu’ils ne se manifestent seulement lorsque les exigences sociales augmentent; ou qu’ils soient masqués par des stratégies d’adaptation apprises ultérieurement (les filles étant plus concernées dans nos sociétés de contrôle de l'image féminine attendue stéréotypée).

 

L'ensemble des symptomes limite et altere le fonctionnement quotidien

dans notre monde humain dont la majorite et plutot neuro-typique.